Histoire et ambassadeurs

image1

Histoire de l’armée de l’air

L’armée de l’air s’est bâtie peu à peu. Nourrie des rêves des pionniers, mise à l’épreuve par les conflits armés du XXe siècle, elle s’est imposée comme un atout indispensable de la puissance française.

 

Le temps des pionniers et les premières décisions

A la fin du XIXe siècle, Clément Ader, subventionné par l’armée, s’engage dans la réalisation d’un appareil apte à l’exécution de missions militaires. Il faudra attendre 1909 pour voir les militaires participer au développement de l’aviation. La première mission aérienne militaire est réalisée en juin 1910.

 

image2

C’est également l’année de la création de l’Inspection permanente de l’Aéronautique. En 1912, deux décisions importantes sont prises : l’organisation de l’Aéronautique militaire et la création des escadrilles et des cocardes.

 

L’aviation militaire dans le premier conflit mondial

Le commandant Joseph-Édourard Barès organise l’aéronautique militaire en créant trois spécialités : la reconnaissance, le bombardement et la chasse.

La première victoire aérienne est obtenue le 5 octobre 1914. La première bataille aérienne a lieu à Verdun en 1916 où le commandant Charles de Rose regroupe les meilleurs pilotes.

 

image3

Le capitaine Georges Guynemer devient le « chevalier de l’air » le plus connu. Après avoir rejoint l’escadrille des Cigognes, il disparaît le 11 septembre 1917. Il deviendra une figure de proue de l’armée de l’air. Le port de la cravate noire au sein de l’armée de l’air symbolise son deuil. Le capitaine René Fonck est l’As allié le plus titré avec 75 victoires.

Le terme d’« As » désigne ceux qui, titulaires de cinq victoires aériennes, voient leurs noms figurer au communiqué des armées.

 

La création de l’armée de l’air et son implication dans le second conflit mondial

Le 1er avril 1933, le décret autorisant l’existence d’une armée de l’air indépendante est signé. La loi du 2 juillet 1934 donne naissance à l’armée de l’air en fixant son organisation générale. La mise en place d’une identité se concrétise par le choix de l’uniforme Bleu Louise, le port de la casquette, le poignard qui symbolise le commandement et par la première promotion de l’École de l’air en 1935. Les aviateurs suivent alors la thèse du stratège italien Douhet qui fonde le concept de « puissance aérienne » : l’aviation représente l’arme offensive par excellence. Néanmoins, en septembre 1939, le dispositif français est fondé sur la défensive. Le 10 mai 1940, l’Allemagne déclenche une offensive sur le front Ouest. L’armée de l’air abat plusieurs centaines d’appareils allemands durant la bataille de France.

 

image4

En juillet 1940, des aviateurs français forment les Forces aériennes françaises libres (FAFL). Des groupes sont constitués et portent les noms des provinces françaises à libérer.

René Mouchotte, Max Guedj et Pierre Clostermann démontrent leurs talents de pilotes et de chefs.

Fin 1942, le groupe de chasse « Normandie » gagne le front Est pour combattre aux côtés de l’armée soviétique. Les forces aériennes réunifiées participent à la libération du territoire national.

 

Des guerres de décolonisation à la reconstruction avec les socles Défense aérienne et Nucléaire

La Seconde Guerre mondiale achevée, l’armée de l’air est engagée dans un conflit en Indochine. Les impératifs de la guerre froide et l’adhésion de la France au traité de l’Atlantique Nord, en 1949, impliquent pour les forces aériennes de nouvelles responsabilités : la défense aérienne du territoire français et l’appui aux forces de surface.

 image5

Bénéficiant d’un réarmement américain et britannique, l’armée de l’air reçoit en 1949 ses premiers avions à réaction et s’engage sur la voie de la modernisation. La société aéronautique Dassault conçoit une série d’avions performants (Mystère, Mirage) qui permettent aux forces aériennes d’être équipées de matériel français.

La guerre d’Algérie absorbe une grande partie des moyens. Cette lutte contre la guérilla voit le développement de l’hélicoptère armé et la création des Commandos Parachutistes de l’Air. Le pont aérien de Berlin renforce la crédibilité des missions de transport aérien tactique et logistique.

En 1964 est constitué le premier escadron Mirage IV, qui, conjugué aux moyens de ravitaillement en vol, concrétise la première force de dissuasion nucléaire française.

 

Le temps des interventions extérieures et de la modernisation

La construction d’avions fait appel à la coopération internationale (C160 Transall, Jaguar, Alphajet) pendant que l’emploi grandissant de l’informatique favorise l’avènement des missiles air-air et de la guerre électronique.

image6

Pendant ce temps, l’armée de l’air participe à de nombreuses interventions extérieures en Afrique. L’éclatement du bloc soviétique marque la fin de la guerre froide et bouleverse la donne stratégique. L’armée de l’air prouve alors ses capacités de projection et d’adaptation dans divers conflits régionaux.

L’armée de l’air relève plusieurs défis, de la lutte contre le terrorisme à la surveillance de l’espace, tout en assurant avec toujours plus d’efficacité la sûreté du ciel français et la posture aérienne de dissuasion nucléaire. Elle développe un lien fort avec la Nation et son action générale s’inscrit dans une démarche interarmées et interalliés.

Plus que jamais, l’arme aérienne occupe une place prépondérante dans la sécurité nationale et les actions de politique extérieure de la France.

Réponse tant militaire que politique, elle est adaptée aux nouvelles crises, par son aptitude à assurer simultanément les missions de protection, de dissuasion et d’intervention grâce à ses capacités de réactivité et de réversibilité.

 

Les ambassadeurs

Chaque été, les spectateurs peuvent admirer près de chez eux les prouesses qu’exécutent les ambassadeurs de l’armée de l’air dans le cadre de meetings aériens et de compétitions internationales. Ces équipes, composées de pilotes, de parachutistes, mais également de représentants de divers métiers tels que mécaniciens, logisticiens et personnel administratif, démontrent l’excellence du savoir-faire des aviateurs.

 

La Patrouille de France

image7

La Patrouille de France (PAF) est l’ambassadrice de l’armée de l’air par excellence. Elle bénéficie d’une renommée internationale.

Stationnée sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence, elle est constituée de personnels issus des différents corps de spécialités de l’armée de l’air, du mécanicien au pilote, en passant par les secrétaires ou photographes.

 

Rafale Solo Display

image8

Le Rafale Solo Display est issu de l’escadron de chasse 1/7 «Provence» de Saint-Dizier, première unité opérationnelle de l’armée de l’air à voler sur Rafale.

 

Couteau Delta Tactical Display

image9

Couteau Delta est une toute nouvelle équipe de présentation de l'armée de l'air évoluant sur Mirage 2000D, officiellement présentée le 23 février 2017.

Elle est composée de pilotes et de navigateurs officiers système d’armes (NOSA) des escadrons de chasse 2/3 «Champagne» et 3/3 «Ardennes», stationnés sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey.

 

Alphajet Solo Display

Alphajet Solo Display

L’Alphajet Solo Display est rattachée à l’Ecole de l'Aviation de Chasse - EAC 00.314, elle est composée d’instructeurs pilotes et navigateurs officiers système d’armes (NOSA).

Stationnée sur la base aérienne 705 de Tours, elle reprend du service en 2017 après 5 ans d’interruption.

 

L’équipe de voltige de l'armée de l'air (EVAA)

image11

Elle est rattachée à l’Ecole de l’air sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence. Elle est composée de quatre pilotes évoluant sur Extra 330, un avion biplace d’entraînement et de compétition en voltige de haut niveau.

 

L’Equipe de parachutisme de présentation et de compétition de l’armée de l’air (EPPCA)

image12

L’Equipe de parachutisme de l’armée de l’air s’inscrit dans la longue tradition du parachutisme militaire français. Elle est constituée d’une quinzaine de personnes détachées sur la plate-forme de Tallard à proximité de Gap et obtient régulièrement d’excellents résultats dans le cadre de circuits de coupe du monde et de championnat du monde.