Un avion mythique pour les mécaniciens de demain

Partager

Favoris

visuel

Un Alphajet de la base aérienne de Tours s’est posé pour la dernière fois sur la base aérienne école de Rochefort. Il y restera désormais, dans le cadre de la modernisation des plateaux techniques dédiés à la formation aux métiers de la maintenance aéronautique au sein de l’École de formation des sous-officiers de l’Armée de l’air (EFSOAA). 

Ce dernier vol est le symbole d’une nouvelle vie pour cet aéronef, désormais destiné à succéder aux Mirage F1 dans l’apprentissage des gestes techniques et des compétences indispensables aux mécaniciens « vecteur-moteur » des 3 armées.

Après l’atterrissage, l’équipage de l’appareil est allé à la rencontre des élèves, avides d’informations et de retour d’expérience sur cet avion dont ils expérimenteront, d’ici quelques mois, toutes les particularités. Pour le sergent Mary-Lou, jeune engagée dans l’Armée de l’air après un début de carrière effectué chez Airbus, c’est un évènement : « Je suis passionnée d’aéronautique et nous n’avons malheureusement pas l’occasion de voir tous les jours un avion de chasse voler et se poser. J’ai hâte de découvrir ce qu’ils utilisent dans le cockpit, ainsi que tous les autres équipements. » La découverte des avions des forces aériennes et l’échange avec les équipages permettent aux élèves d’appréhender la vie opérationnelle qui les attend en escadron. « La relation entre pilote et mécanicien semble très forte » ajoute la future mécanicienne vecteur-moteur.

À ce jour, la base aérienne école de Rochefort compte 5 Alphajet au profit de la formation et doit atteindre une cible de onze appareils, d’ici l’été 2020. 4 Alphajet sont d’ores et déjà utilisés pour les points fixes (essais moteur) et 7 autres serviront à l’ensemble des travaux pratiques réalisés par les élèves. De quoi bientôt pouvoir mettre les mains dans le cambouis !  

100% des sous-officiers mécaniciens aéronautique des 2 armées (Armée de l’air, Marine nationale, Armée de terre) et de la Gendarmerie sont formés à l’École de formation des sous-officiers de l’Armée de l’air de Rochefort.